Sacrée blessure du rejet Inspirations

Moi : je sais, j’ai la blessure du rejet.

Comment je fais pour m’en sortir ?

Ma psy : – Aurélie, sais-tu que la blessure de rejet concerne d’abord ton propre rejet de toi-même

Moi : …

 

Le rejet de soi :

Est probablement la forme de désamour la plus violente.

Se rejeter. Ne plus être soi, vouloir être quelqu’un d’autre, par peur de ne plus être aimé.

Devenir quelqu’un d’autre, imiter les gestes et les comportements par croyance que l’on va se faire aimer de l’autre si on lui ressemble.

Ne plus se voir. Ne pas voir sa valeur, ses compétences, ses qualités, ses dons.

Se cacher, ne plus vouloir exister, faire passer les autres avant soi.

Ne pas vouloir prendre la place du roi, mais du bouffon, celui qui va faire rire la foule, préférant se montrer ridicule que lui-même.

Au moins cela reste un personnage.

Au moins, notre essence est protégée par ce costume, par ces artifices, par ce masque qui nous cache.

La perte de soi

Il en vient un jour où à force d’imiter et de copier, on se perd. On ne sait plus qui on est. Et on souffre.

Souffrance ultime de ne plus savoir qui on est à force de s’être rejeté.

On existe plus.

On s’abandonne de se rejeter autant.

 

La retrouvaille

Puis, vient le temps des retrouvailles qui naît de ce désir brûlant de ne plus se laisser marcher sur les pieds.

Le feu aux entrailles, on décide de ne plus se laisser faire. La souffrance est trop grande, ce désamour est trop fort, le fond est trop froid pour y rester.

On retrouve des forces et on se confronte au monde à nouveau.

On bataille contre nous-même, contre cette blessure du rejet qui ne cesse de vouloir nous protéger.

Petit à petit, on reprend notre place, notre pouvoir, notre amour. On reprend les manettes.

 

Le lâcher prise

On accepte, enfin, que si certaines personnes nous rejettent et ne nous aiment pas, ce n’est pas si grave.

Que si le rejet existe, c’est pour nous aider à nous supporter, à peut-être réussir à prendre de la distance avec certaines personnes, du recul parfois nécessaire pour voir plus clair et à retrouver le goût de s’aimer.

Le rejet nous apprend à être seul, à vivre seul et à nous assumer, dans qui nous sommes.

Merci rejet de m’avoir enseigner l’intégrité.

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>