Parfois, je suis mon pire ennemi… Inspirations

On me le disait souvent : Aurélie, arrête d’être dure avec toi-même.

Mais c’était plus fort que moi. Je devais être parfaite, être au TOP du TOP tout le temps, ne pas m’effondrer, ne faire AUCUNE erreur.

Bien sûr ça n’arrivait pas… j’en ai fait des erreurs… et je me sentais si mal… et je ne le montrais pas !

Jamais.

À part un jour où j’ai compris que je n’ÉTAIS PAS ce mécanisme de défense.

 

En quête d’amour 

Oui, à travers cette controlite aiguë, je recherchais l’amour, l’attention, la reconnaissance. Comme beaucoup d’enfant, je n’en ai pas assez recu dans mon enfance. Alors j’ai créé un mécanisme pour en recevoir.

J’ai été très bonne la dessus. Longtemps.

Jusqu’au jour où tout s’est écroulé. Un coup de l’âme qui vient me montrer une autre grande force : la vulnérabilité, la puissance du coeur.

Ça a fait bizarre…

 

Souvent, je me dévalorise 

J’entends souvent les échos de mes peurs de réussir :

Tu n’es pas à la hauteur, tu n’y arriveras jamais, tu es nulle.

J’y vois des mécanismes de défense qui veulent me garder petite pour ne pas que je sois confronté au rejet, à l’abandon. Quand on vit caché, on vit sans rejet.

À part que finalement, je me rejette moi-même en me cachant…

… et la boucle est bouclée !

C’est bien fait ces affaires-là…

 

Alors comment faire ? 

Accepter.  Réapprendre à m’aimer. Oser dire ce qui ne va pas, ce qui me touche, ce que je suis.

Oser exprimer ma rage, ma colère, ma tristesse.

Oser l’accueillir dans mes cellules.

Pleurer autant que possible pour vider le sac trop plein…

Pour redevenir moi, et redevenir mon meilleur ami.

Réapprendre à être une bonne mère et un bon père pour moi-même.

Désamorcer les discours intérieurs de dévalorisation, les processus de sabotage en les accueillant et les remerciant d’avoir fait ce qu’ils ont pu pour me protéger.

Car finalement, rien n’est mauvais et cette perfectionnite m’a permis d’apprendre la rigueur, l’organisation, la discipline que j’allie maintenant avec un zeste de légéreté, d’humour et de volupté.

Un pas à la fois, vers l’amour de soi !

 

Aurélie, avec la complicité de l’amour qui veut se vivre en moi

 


Comments

  1. Bonjour Aurélie,

    Merci pour ce post ! Tu parlais de moi ? Hahaha !! … tellement je me suis reconnue là-dedans !! Dans cette phrase surtout:… finalement, je me rejette moi-même en me cachant”. Je fais cela encore …
    Hummmm je suis touchée de voir ce que tu as vécu et surtout, de voir comment tu as su extraire le positif ainsi que la quintessence de tout cela afin de grandir et devenir la belle personne que tu es ! Cela m’inspire beaucoup et me dit que je suis sur la bonne voie ! Merci belle Aurélie !

  2. Marie-Eve Turgeon Says: October 14, 2017 at 12:20 am

    Bonjour ma belle Aurelie,
    mon dieu que je vie la meme chose et que depuis 2 semaines les choses se placent pour me montrer la verite et mtn je me choisi je vais vers des formations pour cheminer dans mon processus d acceptation. c est comme si je lisais mon histoire ca me touche bcp.
    Merci bcp et je medite souvent sur cette phrase de Bob Dyla. ” tout ce que je peut faire, c est d etre moi peut importe qui s est ”
    ca me fait vibrer merci
    NAMASTE xx

  3. bonsoir Aurelie ton texte m a beaucoup touché a propos de ce que tu as enduré c vrai que l amour de soi ne se donne pas au biberon il faut prendre conscience un jour ou l autre. et se preparer enfin a changer et prendre ses propres reines.quant a la controlite je pense aussi que j en suis atteinte.finalement je suis ravie que tu t en sois sortie la tete haute.bravo encore amicalement ilhem.

Leave a Reply to Marie D. Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>