La douce symphonie du détachement ! Inspirations

Les cordes qui se délient, les liens qui craquent, les attaches qui se fissurent créent en moi une douce symphonie dont j’en suis le maestro.

Un coup de baguette pour délier cette corde d’avec ma mère.

Un autre coup de baguette pour rompre ce lien noir qui me rattache à cet ex.

En faite, tout ceci se fait tout seul… je n’ai rien à faire mais tout à laisser faire.

Car d’autres formes d’amour sont déjà en moi et n’utiliseront plus ces liens pour circuler.

Ces nouvelles formes communiquent en Wi-Fi, avec les autres formes. Elles envoient de l’amour, en total détachement, attirant à elles tout ce dont elles ont besoin pour manifester d’autres formes d’amour, en moi, dans le monde.

Ça ne s’est pas fait sans douleur, peine et deuil…

J’ai l’air d’aller bien maintenant mais j’en ai bavé… la vie a orchestré cela d’une main de maître. Me faisant faire face à mes pires attachements, à mes pires peurs de manquer d’affection, d’attention, d’amour.

J’ai trouvé le détachement dans le creux de mon coeur. Je l’ai choisi. Ce fût un choix, conscient, engagé et ancré. Après avoir passé des nuits à pleurer !

Un choix qui émerge d’un écœurement profond d’avoir trop souffert.

Un choix qui apparaît dans l’essoufflement d’une existence emprisonnée dans de vieux patterns.

Un ÇA SUFFIT qui crie en MAJUSCULE dans le coeur.

Une décision, aussi, de l’ÊTRE d’abord, plutôt que de le conquérir comme une montagne.

Une conscience que j’ai choisi de nourrir de présence, celle qu’au fond de moi, je le suis déjà. Détachée, aimée et aimante.

 

La gratitude de l’attachement…

Et bien sûr… une gratitude infinie pour ces expériences qui me permettent aujourd’hui d’apprécier ce détachement… cette liberté, cet espace…

Une gratitude pour ces expériences qui m’ont permis, aussi, d’expérimenter le “care” relationnel, le “se sentir relié” avec une personne.

Maintenant, j’ai simplement envie de le vivre autrement…

 

Le courage du détachement

Je crois que le détachement demande du courage. Le courage de traverser des chemins inexplorés encore.

De la foi, aussi… de la foi comme des ailes sacrées qui nous accompagnent dans ce grand abandon.

Ne plus devoir croire que l’on doit s’accrocher à quelqu’un pour aimer mais plonger dans l’amour qui est partout…

Aimer. Juste aimer. Soi, Lui, Elle, Tout. Aimer d’amour l’Éternelle existence, l’Être merveilleux que nous sommes tous.

La liberté d’aimer est probablement le plus beau cadeau que je me donne aujourd’hui le droit de vivre et de goûter.

Je m’aime profondément. Et cet amour là goûte très très bon !

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>