Je suis en détox relationnelle Inspirations

Bonjour, je m’appelle Aurélie et je suis en détox relationnelle.

Ça a commencé avec les livres de Jacques Salomé que ma mère me laissait sur la table comme un devoir qu’elle se faisait de m’apprendre et me transmettre ces trésors.

Je me souviens des dessins de ces livres qui illustraient nos murs comme des judicieux rappels : parler au “je”, sortir de la relation klaxon (tu, tu, tu), être en relation avec soi, d’abord, qu’est-ce que l’Autre essaye de me dire de lui à travers ses insultes ?

Ça a été ensuite la rencontre avec cette fabuleuse Gina et la communication consciente (CNV) où à travers les mots de l’autre, j’apprenais à discerner des besoins. Les besoins de l’autre non conscientisés qui se fracassaient maladroitement sur cette falaise communicationnelle, ce “nous” en relation qui voulait révéler des parties de nous blessées, souffrantes en besoin d’amour, d’affection, de respect.

Tomber en Soi 

Ça a été ensuite un plongeon, toujours plus grand, en moi. Comme si la relation avec l’Autre était un parfait reflet de ma relation avec moi-même. L’Autre devenait ce miroir qui m’enseignait, me montrait parfois avec brutalité, toutes mes relations intérieures non aimées et non-conscientisées.

J’ai appris à remercier. Pour chaque insulte, chaque mot méchant, chaque jugement qui me montraient plus profondément mes propres insultes intérieures.

Hey que je ne m’aimais pas pour me faire subir cela.. j’étais mon pire bourreau !

L’extérieur est le parfait reflet de l’intérieur. 

Je l’ai appris, expérimenté, goûté.

Aujourd’hui, une autre forme de détox relationnelle prend forme en moi. Celle de l’attachement. J’y vois, dans mes relations, les tentatives de me garder prisonnières du jeu des blessures. Comme si elles prenaient le contrôle et décidaient des mots à dire pour s’entretenir. Comme si nous partagions tous des méga blessures qui se nourrissaient  de nous et de nos immaturités.

Aujourd’hui, j’apprend à me détacher de ces blessures, les aimer en moi, reconnaître que J’AI créé toutes formes de tensions relationnelles. Et choisir. Choisir de créer des relations qui partent d’un élan d’amour et non d’une peur.

Je me dépluggue de cette matrice de douleur et de souffrance qui veut s’entretenir à mon dépit.

La vérité est que j’ai le choix. J’ai le choix d’entretenir l’amour, d’abord de moi-même. Que lorsque je transcende ce que la relation avec l’Autre m’aide à découvrir, je redeviens l’Être illimité et puissant que je suis.

Les relations sont des catalyseurs de notre toute puissance.

Peut-être…

Peut-être qu’il me reste encore pleins d’autres aspect à découvrir.

Je me le souhaite.

Sincérement. Avec douceur et Joie d’expérimenter.

Merci Vie.

 

Aurélie, avec la complicité de nouvelles formes de relations qui veulent se mettre au monde,

 


Comments

  1. francois thivierge Says: January 7, 2018 at 1:25 pm

    Allo AUrélie
    J’ai bien aimé: Choisir de créer des relations qui partent d’un élan d’amour et non d’une peur.
    Ouffff oui … la peur, la dépendance, l’amour , le choix qui viens du coeur. Pour faire cela il faut se sentir complet, c’est dur de se sentir complet par soi-meme, je crois que c’est un travail d’une vie, mais, je vais t’envoyer un lien sur une étude sur les relations, TED TALK qui exprome le fait suivant: ceux qui vivent heureux et vieux ont des relations satisfaisantes, ils se sentent en realation et y tirent plaisir et santé, ne se sentent pas isolé et seul. Alors a nous , comme tu dis de grandir de l’intérieur comme tu exprime dans ton article, et aller vers les autres en harmonie et plein d,amour.
    Merci de partager tes pensées, joie a toi Aurélie.

Leave a Reply to francois thivierge Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>