Les tensions du conflit et la troisième voie

Les tensions du conflit et la troisième voie

Cette semaine j’ai vécu des conflits avec des collègues/proches.

Des conflits qui m’ont rendu triste car c’était surtout des conflits de positions ou d’avis différents.

Pis ?

Pourquoi devrions-nous être en conflit car nous ne sommes pas d’accord avec l’autre personne ?

Pourquoi tenons-nous à ce point à nos idées ?

Ce qui est important pour moi n’est pas forcément important pour l’autre

Et c’est ok.

goats-173940_1280Ce qui compte, vraiment, c’est d’accepter ce qui est important pour moi.

Pour moi, aujourd’hui, la santé de mon corps et la préservation de l’environnement est très important.

Et oui, il est vrai que ceci n’est pas important pour d’autres personnes (ou pas plus important que d’autres choses).

Que fais-je avec cela ? Est-ce que je me bats ? Est-ce que je le force à adopter mes valeurs ?

companions-1685303_1280Non. Je l’écoute. J’écoute ce qu’il se passe en moi. Je vois si ce qu’il me dit résonne en moi.

Je comprend aussi que souvent, c’est un conflit intérieur que j’ai déjà en moi. Dès que vous voulez quelque chose, l’inverse se crée. Automatiquement. Le conflit peut émerger.

La troisième voie

Alors que faire quand on n’est plus attiré par la contraction que provoque le conflit ? (je sais pas pour vous, mais moi un conflit ne m’est pas agréable à vivre dans mon corps, et j’ai souvent des irruptions de culpabilité après… parce que je m’énerve et que ça m’embarque dans mon pattern de mauvaise fille (oui, je crois que je suis mauvaise, on s’en reparlera !).

Alors quoi ?

Observer, accepter l’autre dans sa différence, dans son chemin, accepter avec humilité que ce qui est important pour moi, n’est pas important pour l’autre et que c’est ok comme cela

S’amuser de la différence, s’amuser de la confrontation et accepter que l’opinion de l’autre peut peut-être nous aider et nous apporter une autre perception des choses. Ou pas !

Et c’est ok 🙂

Aimez vos confrontations, plongez dans les conflits avec conscience et présence pour y faire ressortir la pépite qui vous aidera à grandir. Tout conflit est une opportunité d’expérimenter et d’y faire ressortir une sagesse, un apprentissage, une nouvelle construction psychique.

Honorez chacun de vos conflits comme un rite de passage qui vous fera évoluer !

Avec joie,

Aurélie

 

Message aux drogués

Message aux drogués

coffee-983955_1920Ce matin en prenant mon café, j’observais ma relation avec cette boisson que j’aime tant et que j’essaye d’arrêter car je n’aime pas la dépendance que j’ai créé avec lui. C’est en le regardant, les yeux dans la mousse, que je me suis rendue compte, qu’effectivement, ce n’est pas le café qui a créé la dépendance, mais moi !

 

Comprenez-moi bien. J’en voulais à ce café ! Je le tenais responsable de la dépendance que j’avais avec lui, du fait que je me levais le matin avec une seule idée en tête : boire mon café.  Je le tenais responsable de mes états de manque, de ma recherche de compensation. Parce que, pour une partie de moi, la liberté est quelque chose d’important.

Ö cher café, je m’excuse de t’avoir fait porter le chapeau !

Nous-autres, les pauvres victimes !

Et c’est à ce moment là, devant cette si belle tasse de café, que je me suis rendue compte que je pourrais ne plus créer de dépendance et que je m’étais identifiée avec une partie de moi qui se sent dépendante.

Et pourquoi donc ?

– Parce que je peux nourrir mon rôle de victime de la vie…

Et pourquoi donc ?

– Parce que j’ai peur d’être dans ma puissance et mon pouvoir

Ah ! C’est donc ça !

– Oui….

Je vous le dis : ils ont bons dos le café, le sucre, l’affection, le sexe…

Toutes les drogues sont de profondes ILLUSIONS…

… que l’on entretient pour ne pas être et ressentir notre propre puissance car nous en avons profondément peur. J’en ai profondément peur.

Ce matin, j’ai ressenti cette vérité presque gênante, totalement déconcertante (pour mon petit ego…) que JE peux me libérer de toute dépendance facilement et instantanément. Je n’aurai même pas besoin de programme de coaching… de détox…

JE PEUX me libérer de mes dépendances si :

1- Je me désidentifie de cette dépendance (je ne SUIS pas dépendante, je VIS une expérience de dépendance…). Ce changement de perception est majeure dans la vie d’un individu… Je crois..

2- Je me rappelle que je suis puissante et que je PEUX me libérer de cette dépendance aussi facilement qu’en claquant des doigts. Oui madame !

Capture d’écran 2017-01-03 à 12.38.21TEST 1  = à ce moment là, vont certainement apparaitre des croyances limitantes (un peu comme des voisins gênants que vous n’avez pas envie de voir mais qui viennent quand même…)

Croyances : c’est impossible, tu dois travailler fort pour te libérer d’une dépendance, tu es faible, tu es fragile…

Moi : oh non pas elles…

C : De toute manière tu y arriveras jamais, tu dis n’importe quoi je suis RÉELLE !

Moi : oh la la, mais qu’est-ce que je fais avec ça…

C : TU ES FAIBLE !

Moi : aaaaaaahhh !!!! (capotage).

Et là, tu respires, et tu les observes. Oui, c’est tout. C’est cela le TEST… qu’allez-vous choisir ? Votre puissance ? Ou elles ?

TEST 2 = à ce moment là, ressentez la vérité monter en vous. La vérité ne se cherche pas, elle émerge quand on prend conscience qu’on est en présence d’un mensonge. J’insiste sur ce point. La conscience et la présence doivent travailler ensemble. Beaucoup d’entre nous sommes « conscients » de nos patterns mais pas forcément présent à eux. Être présent à eux c’est ressentir, dans les moindres recoins de notre corps, leurs effets sur nous : émotions, sensations, pensées… et c’est TOUT ! N’en rajoutez pas sinon vous repartirez au TEST 1… et rebelotte… belotte, échec et mat… !

TEST 3 = et là, il vous sera utile de respirer car cela contractera possiblement votre corps… Restez proche de votre corps, les croyances limitantes vous embarqueront facilement dans votre mental inférieur… Une des manières les plus efficaces de vous en sortir et de revenir dans les sensations de votre corps.

Félicitez-vous ! 

Yé HOURRA ! Vous avez traversé avec brio le marécage qui vous amène à l’océan de clarté !  Car c’est souvent cela… nous devons souvent accepter l’enfer pour que le paradis s’ouvre à nous tel un cadeau du ciel qui fait disparaitre la boue !

Sois compassion !

Enfin, je terminerai par une note de compassion pour l’expérience vécue. Remerciez l’expérience avec toute votre humilité du coeur, remerciez les apprentissages et les sagesses qui en sont ressorties.

Et faites le vide, allez marcher dans la nature pour intégrer…. ne repartez pas tout de suite dans votre agitation quotidienne.

Il vous suffira, plus tard (car croyez-moi cela va arriver, c’est une de lois fondamentales), de répéter l’expérience pour que cela s’intègre un peu plus dans vos cellules. Ne le prenez surtout pas mal du genre « ô mais pourquoi ça m’arrive encore » « je n’ai pas encore rgélé cela ? » « Après tout l’argent que j’ai dépensé en thérapie… », car c’est un ACTE d’AMOUR que l’univers/vous vous envoie pour que vous puissiez intégrer toute cette sagesse ! Réjouissez-vous de cela !

Je le répète, toute répétition de pattern/test est un ACTE d’AMOUR ! Réjouissez-vous de cela !

 

Avec amour et tendresse,

Aurélie

PS : comprenez-moi bien, je ne suis pas en train de vous dire qu’il ne servira à rien de vous faire accompagner, ou aider ou de prendre un programme de coaching si vous en ressentez le besoin de soutien. Bien au contraire ! Ça serait certainement un premier acte d’amour et de reprise de pouvoir !

 

Résolutions 2017 : Edith Piaf, bonnes intentions et marées hautes

Résolutions 2017 : Edith Piaf, bonnes intentions et marées hautes

En cette fin d’année, il est bon temps de poser nos intentions pour 2017. C’est un mouvement presque naturel de clore l’année qui vient de passer et de planifier l’année prochaine. Comme une page qui tourne, une peau qui nous quitte, un adieu émouvant sur le bord du quai. Comme une sorte de mélancolie qui nous habite accompagnée d’une pointe de joie qui émerge avec l’espoir que 2017 soit encore plus beau, plus riche, plus fou, plus joyeux, plus incroyable que l’année que nous venons de vivre.

Définir ce que je ne veux plus 

Avant de faire ma liste de voeux (non pas au Père Noël, mais bien, à moi-même…), j’ai eu envie de poser ce que je ne veux plus. J’ai été surprise d’y voir une clarté émerger tel un feu ardent qui me crie qu’il ne PEUT PLUS revivre ça encore…

Non madame ! Il suffit !

Comme si définir ce que je ne veux plus, avant d’écrire ce que je voulais, m’aidait à être plus précise, plus concrète, plus réaliste dans la définition de mes intentions…

wave-1913559_1920Je vous le confesse : je ne veux plus être manipulé, je ne veux plus manipuler, je ne veux plus être jalouse, je ne veux plus maltraiter et être maltraité, je ne veux plus me cacher, je ne VEUX plus m’auto-saboter, je ne veux plus entretenir de relations toxiques.

C’est comme un raz le bol, un raz de marée, une « coupe est pleine », l’océan qui fait déborder mon vase intérieur… Je NE PEUX plus revivre ça encore, je l’ai trop vécu… il suffit !

Et maintenant on fait quoi ? 


port-1621668_1920
Une fois, mon océan de « je ne veux plus » définit, il fût si facile d’émettre mes intentions pour 2017 ! Et je requiers votre attention sur ce point.

Répétez après moi : les bonnes intentions ne suffisent pas.

Je l’ai trop vécu… Cela fait des siècles que j’ai des bonnes intentions. Est-ce que j’y arrive? Un peu… pas vraiment… lentement…

L’intention vous donnera la direction, le sens, le gouvernail… c’est essentiel. Et en même temps, si vous ne naviguez pas, vous n’irez pas bien loin… oui, bien sûr vous pouvez demander aux vagues de vous porter et à l’univers de faire à votre place. Mais cela veut dire que vous donnerez votre pouvoir aux vagues et vous vous sentirez certainement victimes de ne pas avancer aussi vite.

Vous voyez où je veux en venir.

En écrivant mes intentions pour 2017, j’ai tout de suite écrit les actions que j’allais mettre en place pour réaliser ces intentions. Oui, je veux gagner plus d’argent ! Comment je fais ça ? Je prend rendez-vous avec un coach spécialisé dans ce domaine dès janvier 2017. Je me fais un plan précis pour rembourser mes dettes. Je trouve des autres sources de revenus ou ALLEZ, j’ose demander une augmentation de salaire à ma job !

Aide-toi et le ciel t’aidera 

Ô quelle fameuse phrase entendue milles et une fois (pour ma part) ! Mais qui la met réellement en pratique ? Pouvez-vous dire sans l’ombre d’un doute ou d’un remord que vous êtes votre meilleur ami et votre meilleur soutien et que vous faites TOUT votre possible (et j’ai bien dit TOUT) pour atteindre vos objectifs de succès ?

Et si vous voyez quelque chose qui bloque en vous, faites-vous TOUT votre possible pour le décoincer, aller chercher l’aide nécessaire et accepter le soutien qui vous est offert ?

Capture d’écran 2016-12-27 à 10.40.54J’ai longtemps navigué dans les eaux troubles de l’auto-sabotage. J’en suis devenue la reine et l’experte ultime et je ne regrette rien à la manière d’Edith P, car tant de sagesses en sont ressorties…

Mais aujourd’hui, je me lasse de cet auto-sabotage et je me construis mon bateau de sauvetage pour me conduire vers ce que je souhaite faire depuis si longtemps… m’acheter une belle maison en campagne, réussir professionnellement, devenir une auteure et une conférencière pour pouvoir inspirer le monde, l’aider à évoluer, l’aider à être meilleur… m’aider à être meilleure !

C’est que je me souhaite pour 2017 ! Je me souhaite le meilleur pour moi-même. Je me souhaite de réaliser mes rêves et j’ai toute la confiance et la foi nécessaire dans le fait que je vais y arriver.

Car je m’aime, inconditionnellement.  Et ceci mes chers amis, est ma force et mon carburant.

Que vous puissiez vous aimer et vous transporter là où votre coeur vous guide !

Avec joie et paix,

Aurélie

 

La petite boite qui fait du bien…

La petite boite qui fait du bien…

Hier j’expérimentais une thérapie que certains trouveront d’extravagante, déconcertante, voire même un poil dérangeante…

Que s’est-il passé ?

– On m’a mis dans une boite.

Une boite ???!

– Oui.

Ronde ?

– Non.

Carrée ?

– Non plus.

Attends je t’explique.

 

La Géométrie qui fait du bien

Hier, j’étais donc dans un Heart Ship, un projet de la fondation de la Géosophie (Mathieu Gallant et Ludovic Drano) qui utilise la magie de la géométrie pour accroitre votre mieux-être sur tous les plans.  À ce point précis de la lecture, je vais peut-être perdre certains d’entre vous, mais ne partez pas tout de suite… c’est intéressant.

Parce que cette géométrie là, n’a rien à voir avec ce que vous avez appris à l’école. Non monsieur !

Pour expliquer simplement, la géométrie sacrée consiste à utiliser les formes pour créer un impact sur un environnement donné. Ce n’est pas moi qui l’invente, ça a toujours été comme cela. Une table ronde pourra rouler, une table carrée pourra se coincer. La forme n’a pas le même impact.

Sweet and Simple.

Pourquoi « sacrée » ? Parce qu’on l’utilise pour des fins de bien-être (et d’élévation de la conscience), comme la religion le voulait aussi (avant d’avoir été utilisé pour d’autres fins… mettons… on ne rentrera pas dans ce débat là maintenant).

C’est ainsi que moi et ma face ronde se retrouvèrent dans une boite de cette forme (dodécaèdre) :

Capture d’écran 2016-12-05 à 13.55.04

 

couchée dans un siège de cette forme (comme dans une première classe d’avion, mais en mieux !),

 

siège Heart ship

 

 

recouvert d’une couverture moelleuse et désireuse de partir à l’aventure à l’aide de ma précieuse intention (que j’avais soigneusement pris le temps d’écrire avant). De dehors, cela a l’air de cela (je suis rentrée par la petite porte) :

 

Capture d’écran 2016-12-05 à 14.16.54

J’y suis allée de toute mon ouverture et pourtant, je sentais de la résistance et une forme de fermeture en arrivant… le voyage vers le coeur de soi même ne se fait pas sans quelques peurs ni quelques jugements. Ça serait trop facile sinon, on deviendrait tous des bouddhas illuminés en 24h. À quoi servirait la VIE ??

J’embarque donc dans mon vaisseau…

Et je relâche !

Pour des raisons personnelles, je ne vous délivrerai pas ce que j’ai vécu (ce qui est vécu dans la boite, restera dans la boite). Néanmoins, je vous dirai que je suis ressortie avec la sensation d’avoir été guérie de quelque chose de profond. De très profond. (Et sans m’avoir pris la tête sur mes traumatismes d’enfance que, soyons honnêtes, je connais par coeur sans pour autant m’en détacher complètement !)

Après avoir dormi toute la journée suivante, affalée entre le duvet de mon chat et la douceur de mon canapé, j’émerge avec le soulagement d’être. Je recommence à travailler avec une énergie que je pensais avoir perdue depuis longtemps, enfouie sous une montagne de Stress (avec un grand S). Je retrouve une sérénité qui me soulage le coeur et allège mes gambettes.

Je vous fais cette confession : j’aime la fondation de la Géosophie pour cet espace de laboratoire qu’elle offre à toute personne qui souhaite plonger au coeur d’elle-même et découvrir ses joyaux intérieurs. Car finalement, c’est ce que nous sommes. Des joyaux expérimentant la vie !

Si vous aussi vous voulez tester cette forme magique, de nouvelles sessions sont prévues bientôt. Le seul et unique risque que vous pourrez rencontrer est celui de ne pas pouvoir expliquer ce que vous vivez…. mais de le ressentir jusque dans la forme sacrée de vos cellules !

Bon voyage…

Pour vous inscrire aux prochaines sessions (cliquez sur les mois!) :

» Prochaines sessions de décembre 

» Prochaines sessions de janvier 

 

 

Quand tu te sens perdue

Quand tu te sens perdue

Message à moi-même…

——-

Quand tu te sens perdue, acceptes d’abord que tu le sois. 

« Bien souvent, quand l’indécision m’envahie, je lutte. Je VEUX la clarté, et ce vouloir entraine encore plus d’indécision. Je cherche des solutions, partout, à l’intérieur, à l’extérieur. Je panique. Je trouve des solutions, je relaxe,  jusqu’à ce que l’indécision revienne. Et je panique à nouveau. » 

Il n’y a pas à vouloir la clarté. Il n’y a qu’à s’abandonner complètement dans l’indécision et le chaos. C’est la seule porte qui mène à la Vraie clarté.

L’important n’est pas de vivre la clarté, mais bien plus de se laisser aller dans l’indécision avec la confiance du coeur qui sait que celle-ci est un chemin vers la clarté.

Dans l’indécision réside la foi. Dans le chaos réside le potentiel de destruction nécessaire à permettre le laisser aller de tout ce que nous croyons être ou savoir. Embrasser le chaos avec joie est le plus beau cadeau qu’un être peut s’offrir.

Pourquoi avoir peur du chaos quand il nous offre un potentiel de vie et de renaissance inégalée ?

Pourquoi refuser l’indécision et la perte de soi alors qu’elles nous offrent une occasion de revivre et de renaitre, plus fort, plus grand, plus confiant ?

Pourquoi se désintéresser de l’indécision quand elle t’aide à te définir, à choisir ce qui est vraiment important pour toi ?

L’indécision est source de vie et d’amour. Sois indécise pour te permettre de faire émerger la vraie décision. L’un, ne va pas sans l’autre.

 

Le « simple » plaisir de respirer

Le « simple » plaisir de respirer

Cela fait quelques temps que je pratique les asanas et autres techniques de respiration pour tempérer la vivacité de mon esprit et ce « stress » chronique qui vient trop souvent me rendre visite.

C’est en replongeant mon nez dans le livre « la plénitude de l’instant », que j’ai repris contact avec la JOIE de respirer.

Respirer ne devrait pas être une obligation ou une « technique » pour apaiser notre mental. Nous n’avons pas à « penser » à respirer.

« Respirer » devrait être un jeu, un pur plaisir de sentir l’air rentrer dans notre corps. Allez-y, respirez doucement et ressentez le plaisir que ressent votre corps à respirer, à se charger d’oxygène qui booste vos cellules et à se décharger de tout ce qu’elles n’ont plus besoin.

Au delà de la technique, au delà de la respiration consciente, ventrale, carrée ect… au delà du « il faut respirer pour méditer », soyez en contact avec la joie et le plein plaisir de laisser l’air vous remplir de vie. Votre corps SAIT exactement comment respirer. Vous n’avez rien à lui apprendre 😉 .

Je respire, parce que c’est bon comme une crème glacée !

La vie est aussi simple. Ressentir le plaisir de respirer. C’est un jeu que votre corps s’offre. Ayez conscience du cadeau. Et jouez-y !

respire

Aimez. Respirez. Vivez !