– Comment ça tu bois pas d’alcool ?

Bah non, j’en bois pas

– Allez, un petit verre de rouge, quoi ! Ça ne va pas te faire de mal

Non merci…

Ce dernier « non merci » n’est pas toujours si facile à dire car ce n’est pas seulement un NON à 1 SEULE personne que vous dites (des fois à un groupe d’amis…), mais aussi, surtout, à une grande partie d’une société qui autorise et valorise un alcoolisme sympathique. Vous dites NON à un « code », une « norme » que suivent beaucoup d’entre nous. Et ce code, cette norme peut être assez puissante !

 

Pourquoi je dis ça ? 

 

Capture d’écran 2017-02-21 à 20.04.12Car je l’ai vécu. J’ai fait partie de cette partie de société qui pense qu’il est normal de s’amuser en buvant beaucoup d’alcool ! J’ai vécu les beuveries estudiantines, à me mettre en danger sans y voir la teneur des risques.

J’ai vécu les lendemains de veille, les vols, les agressions, les névroses, l’étourdissement, la honte, la culpabilité,  la confusion, les vomissements, les maux de tête, le rire niais, les yeux troubles et le tournis quand tu arrives aux toilettes…

Et oui, je trouvais ça « cool ». Comment j’aurai pu le voir autrement, tous mes amis trouvaient ça cool. Je ressentais que la société entière m’encourageait, à travers les publicités et les « fêtes nationales », à « boire de l’alcool » comme un synonyme indécrottable de la « célébration ».

 

Jusqu’au jour où… 

J’ai décidé d’arrêter. Arrêter de fumer, arrêter de manger de la viande, arrêter de manger du lait, des oeufs, du poisson… Je vous l’accorde cela a causé un petit choc à mon entourage car ça s’est passé très vite. (Je crois que ma grand-mère ne s’en remet toujours pas…)

Je me suis isolée un bout avant de trouver des gens « comme moi » (pas le choix… cela devenait presque impossible d’aller dans des soirées sans boire de l’alcool, je n’aimais même plus voir les gens BOIRENT de l’alcool, cela ne faisait plus de sens pour moi)

QUOI FAIRE ? 

Le but n’est pas de nous juger, cher nous, buveurs d’alcool, ni de créer des CAMPS anti-alcool. Pitié, non…

 

kermit-1651325_1920

 

Et si on créait un autre type de célébration ? 

Au delà de la consommation d’alcool ou non, peut-on redéfinir le sens de la fête, de la party, de la célébration pour y mettre plus de conscience, plus de respect, plus d’amour ?

Peut-on célébrer sans s’auto-détruire ? Sans toxicité, sans agressivité, sans stress de devoir plaire ou de ne pas trop attirer l’attention ?

Et si, dans ton quotidien même, tu pouvais mettre un peu plus de célébration ? Et SI en préparant ton petit-déjeuner, tu pouvais faire une fête autour de ton pain doré ?? Et si ton réveil devenait une symphonie et que ton départ au travail devenait un chef d’oeuvre de mouvement synchronisé ?

Et si… tout ceci devenait une joie, un amusement, un JEU ! Non pas seulement LA DISCOTHÈQUE, mais TOUT ! Ta vie, ton quotidien, ton travail, tes relations ?

 

La soirée Hors du temps vous offre cela.

C’est un espace créé pour explorer, ensemble, une nouvelle manière de fêter, de célébrer.

Et j’ai CHOISIS d’y aller, pour la Saint-Valentin, le 14 fev. (Car oui, ceci est avant tout, un CHOIX). Tu as tout le temps le choix..

 

FullSizeRender (1) - copie

 

 

Voilà ce qu’en dit un des créateurs de la soirée :

 

Revenez sur ce blog, pour découvrir les prochaines dates de soirée ! Et d’autres inspirations bien sûr !

Si tu as aimé cet article, partage-le ! Non pas pour moi, mais pour faire profiter du message à d’autres personnes et leur donner envie, ou pas, elles aussi, de créer une nouvelle façon de CÉLÉBRER, ou non !

 

Pourquoi je dis « ou non » ? 

Mon but n’est pas de te convaincre, mais ne t’offrir une réflexion sur ta manière de célébrer.

Car ceci reste un CHOIX à incarner, à poser, en toute conscience. Finalement, le fait d’avoir vécu les beuveries auparavant me fait encore plus apprécier les soirées sans toxicité ! Je les accueille avec plus d’ouverture, d’amour, de joie car je CONNAIS, j’ai VÉCU l’inverse, dans mon corps. Et cela me remplit de gratitude !

Je nous souhaite d’expérimenter toutes les façons de célébrer qui nous permettent d’évoluer vers plus de conscience et d’amour ! Peu importe ta manière de célébrer… poses-y simplement, un peu plus de conscience et relie-toi à la puissance de ton PROPRE CHOIX (et non pas simplement suivre les normes de la société…).

Si tu veux boire de l’alcool, FAIS-LE ! Mais sois conscient de « QUI TE DIT » de boire de l’alcool ? TOI ? Ou les autres ? Ou la société ?

Et encore là… tout est correct… accueille, accepte, et change. Si tu le souhaites !

You’re are beautiful AND powerful !

Du fond du coeur.

Aurélie